20 abr. 2013

Puno (Perú)

A orillas del lago Titicaca está Puno, una ciudad no muy bonita pero ideal como base para hacer excursiones.

El primer día visitamos Sillustani, un antiguo cementerio de la cultura colla, que enterraba a sus muertos importantes en unas torres de piedra con forma de coctelera gigante. Cuanto más poderoso el que moría, más alta la torre y más sacrificios: un par de llamas, tres o cuatro niños... No usaban cemento, tallaban las piedras como un puzle y las iban encajando. A la vuelta de la excursión nos paramos en una aldea para aprender más sobre los cultivos andinos. Nuestro tubérculo favorito es desde ahora la oca, una patata dulce con forma de zanahoria.

Otro sitio que merece una visita es el barco Yavari. Fue construído en Inglaterra en 1861. Lo desmontaron para transportarlo hasta aquí, primero en un barco que atravesó Cabo de Hornos hasta la costa peruana, luego en tren y más tarde atravesó los Andes a lomos de 200 mulas y 8000 personas. En total tardó en llegar al lago 6 años. Actualmente lo han restaurado y piensan usarlo como transporte turístico a Bolivia.

Resumen de Puno
Lo mejor: los moto-taxis, el desayuno del hostal
Lo peor: las aceras de 40 cm de alto y 30 cm de ancho
Momento surrealista: invitar a una francesa solitaria a cenar con nosotros (nos dio penica verla comer sola) y descubrir que había motivos para que estuviera sola: era una pija e insoportable egocéntrica que solo decía yo yo yo... vaya cena que nos dio.
Vocabulario aprendido: grifo = gasolinera, overol = mono de trabajo

----------------------------------------------------------------------

Au bord du Lac Titicaca se trouve Puno, una ville pas très belle, mais une bonne base pour faire des excursions dans les environs.

On a commencé par visiter Sillustani, un ancien cimetière de la culture Colla, qui enterrait ses morts importants dans des tourelles de pierre en forme de verre à cocktail géant. Plus important était le défunt, plus haute était la tour, et plus il y avait de sacrifices : quelques lamas, trois ou quatre enfants... Ils n'utilisaient pas de ciment, ils tallaient les blocs de pierre comme un puzzle et ils les encastraient. Au retour de l'excursion, on s'est arrêté dans un hameau pour en apprendre plus sur les cultures andines. Notre turbercule favori est désormais la oca, une patate douce en forme de carotte.

Un autre endroit mérite le détour : le navire Yavari. Il a été construit en Angleterre en 1861. Ils a été démonté pour être transporté jusqu'ici, tout d'abord dans un bateau qui a traversé le Cap Horn jusqu'à la côte péruvienne, puis en train, et ensuite il a traversé les Andes à dos de 200 mules et 8000 hommes. Cela a pris 6 ans. Après avoir été utilisé près d'un siècle sur le lac, il a été restauré et il sera bientôt utilisé pour des fins touristiques.

Résumé de Puno
Les plus : les moto-taxi, le petit-déjeûner de l'auberge
Les moins : les trottoirs de 40cm de haut et 30cm de large
Moment surréaliste : inviter une Française solitaire à dîner à notre table (on a eu pitié d'elle, la pauvre mangeant toute seule), et se rendre compte qu'il y avait des raisons pour qu'elle soit toute seule : une bourge insuportable et égocentrique qui ne savait dire que "moi, je"... quel dîner...

Puno (Perú)

2 comentarios:

  1. Génial cette histoire de bateau... ils sont fous ces romains :)

    ResponderEliminar
    Respuestas
    1. Ouais, et vu la complication, les pirates n'ont pas eu les ressources pour ammener leur bateau ici... ;-)

      Eliminar

Comentario / Commentaire